Renforcer son système immunitaire

Cet article fait suite à "comment neutraliser un vaccin" mais il aurait tout aussi bien pu le précéder. Il s'adresse à celles et ceux qui préfèrent prendre leur santé (et leur destin !) en charge plutôt que de le confier à la médecine politico-commerciale qui nous fait aujourd'hui (été 2020) l'admirable démonstration de sa perversion et de son avidité.

Votre corps vous appartient, et dès l'instant où vous confiez son entretien à des financiers, à un État et/ou à toute autre personne ou institution non habilitée, vous vous mettez en danger tout en renonçant à votre liberté.

Le simple fait qu'aucun média, aucun État, ni même l'OMS n'aient à aucun moment pris la peine de marteler aux populations la nécessité de préserver et renforcer ses propres défenses immunitaires et rappelé les moyens naturels de le faire ne démontre pas leur incompétence mais une volonté de nuire gravement à ces même populations, ce qui constitue à ce titre un crime contre l'Humanité.

Notre corps est merveilleux. Il sait tout gérer et possède une immunité naturelle, fluctuante et adaptative. Les virus, quant à eux, ne sont pas des ennemis. Nous avons besoin d'eux et ils constituent une grande partie de notre propre matière. Comme toujours, notre santé dépend moins de la guerre que nous déclarons à des ennemis viraux que de l'équilibre et la force que nous entretenons en nous-mêmes et avec l'environnement.

Préserver son équilibre mental et émotionnel

La première chose à savoir est que le stress lié à toute forme de peur altère les fonctions immunitaires de façon très importante. Il en est de même de la colère, de la haine et de la soif de vengeance. Je ne suis pas scientifique, mais il est aisé de trouver sur le net ou ailleurs nombre d'études démontrant ce fait au travers des altérations chimiques et fonctionnelles du corps humain (et pas que !) provoquées par le stress de la peur. Il ne s'agit pas des frayeurs soudaines mais bien de la peur ou angoisse entretenue par une situation qui perdure, peu importe que cette situation soit imposée de l'extérieur ou par le mental, ou encore par les deux.

Vous le savez, c'est ce que le gouvernement et les médias obéissants font depuis des mois au point que nous voici à ce jour plongés dans une situation sociale devenue irrationnelle et pour beaucoup insupportable.

Mon conseil est donc avant tout d'éviter le piège de la peur et de la colère. Pratiquez la méditation quelle qu'en soit sa forme. Même imaginer de façon puérile un monde meilleur est déjà un grand pas en avant. Non seulement vous devriez éviter de regarder les infos télévisées, mais aussi de prendre part aux débats stériles des "masqués contre les anti-masques", surtout si vous vous sentez agressées, oppressées, effrayées.

Cherchez à accomplir tout ce qui fait du bien, à vous et aux autres. Restez proches des autres, de votre famille et de vos voisins et par-dessus tout trouvez une personne (ou plusieurs) à aider. C'est très important car la distanciation sociale vise à vous faire perdre votre humanité. Cette perte est la première marche vers le transhumanisme qui signera, non pas la fin de notre civilisation, mais son incapacité à muter vers une véritable renaissance.

Lorsque des pensées négatives vous assaillent, dites-leurs : "désolée, cher mental, je ne suis pas concernée par ton bla-bla... Je te laisse à tes élucubrations..." Quand il s'agit de pensées "positives", nous devrions d'ailleurs faire de même, mais dans un premier temps c'est déjà une grande avancée de se débarrasser du négatif !

Je n'ajouterai rien sur la dangerosité du masque, notamment en cas de maladie pulmonaire et d'insuffisance respiratoire et cardiaque, et évidemment de faiblesse immunitaire. De même sur la dégradation organisée de la vie sociale et professionnelle. Ne vous lavez pas trop souvent les mains : la peau est recouverte d'une barrière naturelle gérant les intrusions virales et si vous la décapez, vous détruisez cette barrière (et pour le coup devez constamment vous laver les mains, évidemment !) Nous avons également besoin de nous toucher, de nous serrer dans les bras, entre proches et moins proches, et de parler. Ce dernier chapitre est tellement connu et évident qu'il doit faire appel à votre bon sens, espérant que vous ne l'avez pas perdu avec la propagande du Ministère de la Vérité !

Nourriture et Lait Doré

Évitez les produits laitiers, surtout bovins, car ils augmentent la tendance aux états inflammatoires. Mangez bio impérativement. Pas le "bio" des grandes surfaces qui n'échappe en général pas aux méthodes productivistes habituelles, mais les fournisseurs locaux, ce qui limitera aussi vos déplacements. Mieux encore, si cela est possible, produisez vos aliments. Même sur un balcon on peut produire de la nourriture. Voici une adresse où vous pouvez trouver de l'aide intéressante : https://www.saine-abondance.com/

Je vous conseille aussi de ne pas tuer d'animaux et de les manger. La peur et le stress que vit un animal mis à mort (surtout selon les protocoles de nos sociétés) altèrent sa structure moléculaire et vous l'ingérez, sans parler de l'énergie. De plus, vous devez assumer son karma en plus du vôtre. Tout cela est vrai aussi pour les plantes, les pierres... C'est la raison pour laquelle nous devrions êtres respectueux de tous les êtres vivants sur la planète, éviter de cueillir stupidement des fleurs, de tondre les pelouses... Mais à la fin, on se demande si c'est une bonne idée d'exister !?! C'est une excellente question à laquelle je vous laisse répondre.

A contrario, vous pouvez manger des animaux si vous avez la capacité d'assumer tout cela et que vous apportez un réel bien à ce(ux) que vous mangez. Il s'agit ici plus de santé que de morale. Encore que l'expérience montre qu'une bonne éthique est source de santé ! En tous cas, manger des animaux aggravera votre situation si vous êtes dans la peur et ne vous apportera rien de spécial si tout va bien.

Enfin, mangez le moins possible, buvez beaucoup et fuyez la malbouffe. Notre corps peut tout transformer dans la mesure de notre équilibre psychique, physique et de notre libération de conscience. C'est à vous de savoir où vous en êtes par rapport à cet équilibre et cette libération. Ultimement, vous pourriez manger du poison ! Cette dernière petite remarque est importante : elle sous-entend qu'à terme, nous pouvons résister à la malbouffe, aux virus, aux vaccins, à la 5G et autres horreurs que nous réservent les oligarques de l'ancien monde. Il faut seulement se donner la peine d'ouvrir sa conscience et trouver les gestes, les paroles et les pensées justes. Nous sommes loin d'avoir atteint les limites, de l'horreur comme de la résilience.

Le Lait Doré est une boisson traditionnelle très puissante et délicieuse. Son ingrédient principal est le curcuma. Vous pouvez fabriquer facilement une base servant à de grandes quantités de boisson. Voici la recette sur ce lien. Notez que la pâte préparée peut être utilisée de nombreuses manières autres que la boisson, par exemple en incorporant une certaine quantité dans l'eau de cuisson d'un plat. A vous d'être imaginatives ! Il n'y a pas de contre-indication (hormis l'exagération) et vous pouvez en prendre tous les jours.

Le Kundalini Yoga

Normalement, il vous faudrait un professeur pour effectuer ces séries de yoga. Mais vu l'urgence de la situation, je pense que ça peut être utile de s'y confronter, en douceur, avec intelligence et modération, et bien sûr tout en cherchant un cours avec un enseignant expérimenté.

Le yoga est construit sur l'idée que le corps et l'esprit sont "non-deux", un peu comme les deux faces d'une pièce de monnaie. Ainsi, en agissant sur le corps une réponse est-elle produite dans l'esprit, et en agissant sur le mental une réponse est-elle produite dans le corps. Il n'y a donc pas lieu de se focaliser sur pile ou face ! Simplement se laisser guider par les exercices, en conscience, sans but précis et en recherchant l'aise (asana).

Keep up et à bientôt !

Important : les informations contenues dans cet article ne constituent en rien une préconisation de traitement médicaux, ni d'incitations à prendre, modifier ou arrêter un traitement médical, quel qu'il soit, et même si le style littéraire est parfois employé à l'impératif. Le lecteur doit exercer lui-même son libre-arbitre et prendre sa santé en charge avec l'aide de personnes compétentes et formées pour cela.

close
Abonnez-vous à notre newsletter et restez branché·es !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *